Professeur d'EPS

Laurent PARTHENAY portrait

Laurent PARTHENAY, 30 ans

Professeur d'EPS au Lycée Bourg Chevreau (Segré)

Ancien étudiant de la promotion 2004/2005 ayant validé une Licence STAPS "Education et Motricité" et un  Master "EAPS" à l'IFEPSA en 2012

 

Interviewé par Alexandre REPUSSARD

Après un essai transformé par Gabin MOTTAIS lors de la première Journée Portes Ouvertes, Sandra SEYSSEL a décidé de ne pas changer un concept qui gagne puisque les retours ont été très positifs ! Elle a confié cette fois la tâche de réaliser ces interviews à Alexandre REPUSSARD, également étudiant en Licence STAPS Management du sport à l'IFEPSA, lors de la seconde Journée Portes Ouvertes du samedi 28 février. Place à ce regard croisé sur la filière "Education et Motricité" et sur ses parcours "PE" et "PEPS" ! 

 

Alexandre REPUSSARD : Bonjour ! Merci d'être venus à l'IFEPSA dans le cadre de ces secondes JPO pour ces nouvelles interviews métier !

Laurent PARTHENAY : Bonjour !

 

Parcours à l'IFEPSA ...

Alexandre REPUSSARD : Tradition oblige, nous allons commencer par votre arrivée en formation... comment avez-vous connu l'IFEPSA ?

Laurent PARTHENAY : Je connaissais l'IFEPSA parce que mon cousin était ici en tant qu'étudiant (après avoir obtenu une Licence "Education et Motricité" en 2003, il a poursuivi en Maîtrise "Education et Motricité" l'année suivante et passé le CAFEP en 2005 avant d'intégrer le Master "EAPS" en 2006),..., il m'en parlait donc depuis longtemps ! Et comme j'ai toujours voulu être professeur d'EPS, je ne me suis jamais posé la question de savoir si d'autres formations équivalentes existaient dans d'autres établissements. Je n'ai jamais été voir d'autres universités, je savais ce que je voulais faire et quel établissement intégrer pour cela : l'IFEPSA ! Mais je suis tout de même venu aux Portes Ouvertes, juste pour voir les locaux puisque je savais exactement ce que je voulais faire ! Déjà à cette époque, j'ai pu assister au "Mot du directeur",..., et j'ai aussi eu l'occasion de parler à des étudiants mais je ne me rappelle plus si j'ai discuté avec des enseignants !

 

Alexandre REPUSSARD : En quelle année êtes-vous arrivés à l'IFEPSA ?

Laurent PARTHENAY : Je suis de mon côté arrivé en 2004 ! Je suis resté 6 ans puisque j'ai obtenu ma Licence en 4 ans. J'ai ensuite poursuivi en Master dans la filière "enseignement" puis j'ai passé le concours ... et c'est ainsi que je suis devenu professeur d'EPS, même si tout n'a pas été aussi simple dans les faits ! Mon parcours est quelque peu atypique ... Au cours de ma deuxième année de Licence, j'ai en effet passé le BNSSA avec l'IFEPSA pour pouvoir surveiller les baignades. Les cours de natation étaient le soir de 20h à 23h et les cours de secourisme de 20h à minuit, cela faisait des longues journées mais j'en garde un excellent souvenir ! J'étais auparavant animateur dans les Centres de Loisirs Sans Hébergement (CLSH) de la Ville d'Angers mais j'avais envie de changer,..., grâce à l'obtention du BNSSA, j'ai donc pu travailler comme surveillant dans les piscines d'Angers et aux baignades du Lac de Maine et d'Ecouflant. J'ai eu ma Licence en 4 ans car il me manquait une unité en fin de troisième année, j'ai donc redoublé pour seulement deux matières mais cela m'a laissé beaucoup de temps, à la fois pour travailler en piscine mais également pour anticiper sur les écrits du CAFEP que j'ai commencé à préparer à cette période. J'ai été ensuite en première année de Master où j'ai passé mon CAFEP que j'ai raté à quelques points seulement,..., j'avais été admissible et je suis donc allé aux oraux à Vichy. Cependant, j'ai quand même eu mon Master 1. La deuxième année de Master, j'ai repassé le concours que j'ai eu cette fois-ci. Le fait d'avoir été admissible la première année m'a permis de moins stresser à Vichy. Cette année-là, avec toute ma promotion, nous n'avons pas travaillé sur le mémoire de Master 2 (pour travailler le concours en priorité), c'est pourquoi aucun d'entre nous n'a validé le Master. Mais je voulais quand même mon Master 2 et je l'ai terminé en 2012.

 

Alexandre REPUSSARD : Un cursus pendant lequel vous avez effectué  des stages ...

Laurent PARTHENAY : Oui, puisque les stages sont prévus dès le départ dans les filières STAPS ! En première année, j'ai réalisé un stage d'observation au collège/lycée Jeanne d'Arc à Angers où j'ai pu assister à des cours d'EPS de la 6ème à la Terminale auprès de M. Clavreul. En deuxième année, nous devions effectuer un stage en milieu primaire, que j'ai effectué à l'école du Sacré-Cœur à Villevêque auprès d'élèves en CM2 à raison de 2 heures par semaine. En troisième année, sont arrivés les stages en collège : j'intervenais de mon côté au collège Saint-Vincent à Brissac, entre 2 et 4 heures par semaine, auprès d'élèves de 6ème et de 5ème avec Mme Delaunay. Puis la quatrième année, au lycée Bourg Chevreau à Segré (auprès d'élèves de 2de et de 1ère), auprès de Mme Bernard qui est devenue ma collègue puisque je suis maintenant en poste dans ce lycée. En préparation CAFEP, nous enchainions avec un stage en collège/lycée  pendant plusieurs semaines (avec M. Poquet au collège Saint-Paul de Thouarcé), ce qui nous permettait non seulement d'encadrer les jeunes mais aussi de monter des séances et de pouvoir jauger de leur progression au fil des cours. Ce stage était destiné à nous aider à préparer le concours puisque nous devions préparer des dossiers sur des caractéristiques d'élèves. J'en profite ici pour remercier tous ces enseignants qui m'ont aidé dans mon parcours ! Dans un sens, ces stages m'ont permis de valider l'orientation que je souhaitais donner à mon projet professionnel,..., sachant que j'étais de toute façon sûr de moi par rapport à ce que je voulais faire ! Je savais que je voulais être professeur d'EPS et ce pour deux raisons : la première, parce que je me sentais à ma place dans un gymnase et la seconde, parce que j'aimais encadrer des jeunes dans le sport et j'ai très vite commencé à être entraîneur de basket avant même de rentrer à l'IFEPSA. Quand je suis arrivé, j'avais 19 ans et je savais que j'aimais l'entraînement. A côté de cela, j'étais aussi animateur en centre aéré et je savais que j'avais la fibre pour pouvoir travailler avec des jeunes en collège ou lycée ! Mes stages m'ont ainsi permis de confirmer ce souhait !

 

Alexandre REPUSSARD : Que retenez-vous de votre parcours universitaire à l'IFEPSA ?

Laurent PARTHENAY : La première chose qui me vient à l'esprit, c'est l'importance des contenus de formation proposés à l'IFEPSA : énormément de contenus sont abordés ! ... Egalement beaucoup de connaissances et compétences transmises, quand on est à l'IFEPSA,...,  j'ai l'impression que nous réapprenons tout ! Quand j'étais lycéen, je ne savais en fait que les bases et c'est à l'IFEPSA que j'ai tout appris ! J'ai appris à écrire correctement, il faut dire que j'étais issu d'une filière scientifique au départ,..., et quand je suis rentré à l'IFEPSA, je ne savais pas "écrire" ! En Terminale S, la syntaxe n'est pas la partie la plus importante de nos cours, nos introductions font 5 ou 6 lignes tout au plus. A la fin des études STAPS, nos copies sont bien plus riches : nos tournures de phrases ont complètement changé, nos introductions font trois pages et là, on se rend compte qu'avant, on ne savait pas "écrire" ! Sachant que le concours pour devenir professeur d'EPS est basé sur deux gros écrits, il fallait donc disposer de bonnes notions sur les exigences à l'écrit pour pouvoir réussir. L'IFEPSA m'a donné le goût du travail ! Je retiens également le très bon suivi existant au sein de l'Institut de la part des professeurs pour nous accompagner dans l'obtention du concours !

 

Alexandre REPUSSARD : Que représentent les "années" IFEPSA pour vous ?

Laurent PARTHENAY : Un super souvenir ! C'est vraiment hyper convivial et ce dès le début de la première année ! En plus, nous sommes des sportifs et nous sommes donc déjà habitués à cette convivialité ... Je suis issu du milieu du basketball et donc très habitué à tout ce qui concerne le collectif, la vie en groupe ... Comme nous étions répartis en petits groupes plutôt qu'en amphi, et ce dès le début, cela a permis de tisser des liens très rapidement ... En plus, en quatrième année, nous faisions ce que nous appelions des "triplettes", c'est-à-dire des groupes de travail pour préparer le concours. Ce qui permettait de créer une véritable solidarité dans cette année du concours ! Dans nos têtes, c'était : soit nous avons le concours tous les trois, soit personne ne l'a ! ... et nous l'avons tous eu ! Pendant plusieurs années, nous avons ainsi vraiment l'impression d'être dans une famille. On peut véritablement parler d'un parcours de vie pour les "années" passées à l'IFEPSA !

Laurent - Cours IFEPSA a Laurent - Cours IFEPSA 2

Cours de danse à l'IFEPSA

 

 

Parcours professionnel ...

Alexandre REPUSSARD : Qu'en est-il de votre parcours universitaire/professionnel après votre sortie de l'IFEPSA ?

Laurent PARTHENAY : J'ai commencé en 2010 ! Avec un an sur Paris pour commencer, au collège/lycée de Juilly en Seine-et-Marne où j'ai été titularisé. J'ai eu la chance de revenir très rapidement dans le Maine-et-Loire dont je suis originaire. J'ai demandé un rapprochement de conjoint. De plus, j'ai accepté un mi-temps pour pouvoir rentrer, c'était soit ce mi-temps, soit rester à Paris. J'ai profité de ce mi-temps pour finir mon Master 2. C'est à ce moment-là que je suis rentré au lycée Bourg Chevreau à Segré où je suis actuellement en temps plein. L'année suivante, j'ai pu avoir mon temps plein en travaillant dans trois établissements, toujours au lycée Bourg Chevreau, mais également au collège Saint-Laud aux Ponts-de-Cé et au collège Saint-Charles à Angers. C'était une année chargée en réunions et en trajet (le lundi, j'avais 20 minutes pour aller d'un collège à l'autre et l'après-midi, j'étais à Segré). L'année d'après, j'ai eu mon temps plein au lycée Bourg Chevreau. C'est sûr qu'à Paris, j'avais des élèves qui ne s'intéressaient absolument pas au sport ni aux autres matières d'ailleurs,...,  en clair, ils ne s'intéressaient à rien du tout en fait et c'était très difficile de les motiver ! Alors qu'à Segré, le public est un peu plus "facile" si je peux dire, les élèves ne sont pas du tout difficiles à gérer, c'est plus simple et j'ai vraiment l'impression de pouvoir faire mon métier de professeur d'Education Physique ET Sportive ... alors qu'à Paris, j'étais davantage un professeur d'Education ... Ceci dit, cela reste intéressant et cette expérience à Paris m'a énormément enrichi dans la mesure où j'ai notamment appris à gérer les conflits ! Ce qui fait qu'avec un public facile, tout va bien ! ... Cela me permet justement, avec certains élèves un peu plus compliqués, de savoir les gérer ... Après, c'est vrai que d'être confronté à des publics difficiles dès la première année, cela peut en décourager certains, ce qui n'a pas été mon cas puisque lorsque j'étais animateur sur Angers, j'avais déjà eu des publics assez difficiles ...

 

Métier actuel ...

Alexandre REPUSSARD : Justement, parlez-nous plus précisément de vos métiers respectifs, de vos missions au quotidien ...

Laurent PARTHENAY : La première mission consiste à éduquer physiquement et sportivement les élèves, c'est-à-dire à améliorer leur motricité à l'occasion de ces pratiques, leur autonomie ou encore leur sens du travail en équipe ! Le professeur d'EPS ne s'attache donc pas uniquement à enseigner les règles relatives à tel ou tel sport. Il éduque les élèves à leur future vie d'adultes par des activités physiques et sportives. Il s'appuie pour cela notamment sur les "valeurs" associées au sport et sur le travail en équipe : par exemple, en acrosport, on a besoin de travailler en équipe et c'est parfois difficile pour certains en fonction des relations qu'ils peuvent avoir en-dehors, notamment les élèves de 3ème pro qui peuvent être copains le matin et ennemis l'après-midi, pour redevenir copains le lendemain. Le professeur d'EPS est alors présent pour leur apprendre à fonctionner ensemble y compris quand cela va plus ou moins bien avec le groupe. Plus tard, ce sera la même chose au niveau professionnel où ils seront peut-être amenés à travailler avec des personnes avec lesquelles ils ne s'entendent pas forcément. Généralement, les parents et les élèves ne voient dans le professeur d'EPS que les missions relatives au sport ! Mais cela ne constitue pas l'intégralité de notre métier en pratique.

 

Alexandre REPUSSARD : Quel regard portez-vous sur votre métier ?

Laurent PARTHENAY : Un regard de plaisir ! Je le répète, j'ai toujours voulu faire cela si bien que pour moi, ce n'est pas un métier mais du plaisir ! C'est pour cela que j'aime mon métier, j'adore faire cela et que je ne vois pas de contraintes à le faire. Quand j'arrive le matin en salle des profs, je me dis que je suis chez moi,..., j'ai vraiment l'impression d'être à ma place ! Pour moi, c'est un métier passionnant : j'arrive, je suis dans un gymnase, je fais du sport et j'aime ça, j'encadre des élèves... Je ne vois aucune contrainte à exercer ce métier ! C'est super !

 

Laurent - Match avec élèves a             Laurent - Sortie ski nautique avec élèves

            Match de basket profs/élèves               Sortie Ski nautique avec des élèves de 4ème

 

Alexandre REPUSSARD : Comment envisagez-vous la suite de votre carrière ?

Laurent PARTHENAY : Pour l'instant, je suis professeur d'EPS mais également professeur principal d'une classe de seconde. Je fais également l'option "EPS" (badminton / escalade) qui est très enrichissante. Je suis actuellement en formation pour pouvoir former les élèves de bac pro au "SST" (Sauveteur Secouriste du Travail). Je pourrai également former mes collègues. Je suis aussi actuellement en train de monter une équipe de basket au lycée mais avec les stages des filières professionnelles (car le lycée Bourg Chevreau est un lycée général, technologique et professionnel) et des élèves qui ne restent que trois ans au lycée, ce n'est pas facile de maintenir un équilibre des groupes. Certaines années sont riches en basketteurs et d'autres, non. Cependant, le bassin Segréen permet d'avoir un minimum de garçons et de filles basketteurs pour créer une équipe. Mon souhait est de créer un SSL plus tard. J'ai comme souhait également de donner des cours de basket au sein de l'IFEPSA mais je pense qu'un BPJEPS option "basket" sera un plus pour pouvoir enseigner dans cet institut !

 

Conseils aux futurs étudiants ...

Alexandre REPUSSARD : Quels conseils souhaiteriez-vous diffuser aux étudiants actuels ?

Laurent PARTHENAY : Le premier, ce serait de faire bien attention à ne pas venir à l'IFEPSA juste pour les sports, c'est-à-dire à ne pas venir juste parce qu'on aime le sport : aimer pratiquer et pratiquer n'est pas un gage de réussite dans les études STAPS même si cela y contribue. Il faut bien avoir en tête qu'il y a de nombreuses matières dans le cursus, autres que le sport ... Le second conseil serait de faire attention à avoir une bonne hygiène de vie, ne serait-ce que par rapport à l'ensemble des sports que nous pouvons pratiquer pendant le cursus et à tout le travail que nous avons à faire en plus des cours qui font que les journées sont bien chargées ... Un dernier conseil : faites autre chose à côté de vos études STAPS !, c'est-à-dire encadrez en club par exemple, ce qui permet de mettre en perspective ce que l'on apprend en cours ! Quand je suis arrivé ici et que j'ai eu mes premiers stages, cela faisait déjà 5 ans que j'encadrais en club, ..., je savais à peu près comment monter une séance d'entraînement et gérer certains profils, ce qui fait que j'ai pu intégrer d'autant plus facilement les apports transmis à l'IFEPSA ...

 

Alexandre REPUSSARD : Merci pour ces conseils ! Merci aussi pour votre disponibilité et votre présence lors de ces JPO !

Laurent PARTHENAY : Merci à toi !

Alexandre avec Laurent   Laurent au JPO