Professeur des écoles

Alvina portrait

Alvina CHOUTEAU, 25 ans, Professeur des écoles aux Ecoles primaires Gérard Philipe-Paul Fort (Trélazé)

Ancienne étudiante de la promotion 2008/2009 ayant validé une Licence STAPS "Education et Motricité" en 2011


Alvina portrait

Alvina CHOUTEAU, 25 ans

Professeur des écoles aux Ecoles primaires Gérard Philipe-Paul Fort (Trélazé)

Ancienne étudiante, Promotion 2008/2009

Licence STAPS Education et Motricité, IFEPSA 2011

 

Interviewée par Alexandre REPUSSARD

Après un essai transformé par Gabin MOTTAIS lors de la première Journée Portes Ouvertes, Sandra SEYSSEL a décidé de ne pas changer un concept qui gagne puisque les retours ont été très positifs ! Elle a confié cette fois la tâche de réaliser ces interviews à Alexandre REPUSSARD, également étudiant en Licence STAPS Management du sport à l'IFEPSA, lors de la seconde Journée Portes Ouvertes du samedi 28 février. Place à ce regard croisé sur la filière "Education et Motricité" et sur ses parcours "PE" et "PEPS" ! 

 

 

Alexandre REPUSSARD : Bonjour ! Merci d'être venus à l'IFEPSA dans le cadre de ces secondes JPO pour ces nouvelles interviews métier !

Alvina CHOUTEAU : Bonjour, c'est normal !

 

Parcours à l'IFEPSA ...

Alexandre REPUSSARD : Tradition oblige, nous allons commencer par votre arrivée en formation... comment avez-vous connu l'IFEPSA ?

Alvina CHOUTEAU : Après mon baccalauréat série « Economique et Sociale », option « Sport » au Lycée Mounier, je n'étais pas encore décidée sur ce que je voulais faire comme métier. Mais j'étais passionnée par le sport et travailler avec des enfants m'intéressait également ... En fait, je crois que j'hésitais un peu entre devenir professeur d'EPS et professeur des écoles. Je connaissais plusieurs personnes qui étudiaient à l'IFEPSA,..., je suis donc venue aux Portes Ouvertes à l'époque, mes profs du lycée m'encourageaient ... et mes parents ont finalement adhéré !

 

Alexandre REPUSSARD : En quelle année êtes-vous arrivés à l'IFEPSA ?

Alvina CHOUTEAU : J'ai intégré l'IFEPSA en 2008. J'y suis restée trois ans, ce qui m'a permis de valider une Licence STAPS "Education et Motricité", parcours "PE - Professeur des Ecoles". Nous avions quelques cours spécifiques en troisième année, dédiés à ce parcours.

 

Alexandre REPUSSARD : Un cursus pendant lequel vous avez effectué des stages ...

Alvina CHOUTEAU : Pendant mes trois années à l'IFEPSA, j'ai eu la chance de bénéficier de cours de qualité, avec des intervenants exigeants et intéressants. Les stages, de leur côté, m'ont réellement permis d'affiner mon parcours professionnel puisqu'en deuxième année (si ma mémoire est bonne), nous avions l'opportunité de prendre en charge les cours d'EPS avec des élèves de CM1/CM2 dans une école primaire. C'est grâce, notamment à cela, que j'ai eu l'envie de poursuivre mes études pour évoluer vers ces élèves encore "petits" par comparaison au collège et au lycée. En troisième année, avec le parcours "PE", nous pouvions ensuite, lors de nos stages, mener des séances de mathématiques et de français ... Un réel atout pour entrer à l'IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres) par la suite en ce qui me concerne !

 

Alexandre REPUSSARD : Que retenez-vous de votre parcours universitaire à l'IFEPSA ?

Alvina CHOUTEAU : Aujourd'hui, je porte un regard toujours positif sur l'IFEPSA et la qualité de l'enseignement que l'on reçoit. Je reste persuadée que pendant mes trois années d'études à l'IFEPSA, la rigueur et la persévérance exigées dans le travail m'ont permis de développer de réelles compétences !

 

Alexandre REPUSSARD : Que représentent les "années" IFEPSA pour vous ?

Alvina CHOUTEAU : La coopération entre étudiants, la bonne ambiance générale et la proximité avec nos intervenants, qui ont été de grands atouts ! Aussi, grâce à l'équivalence DEUG STAPS/BAFA, j'ai pu être animatrice de colonies de vacances pendant plusieurs étés, ... et grâce au BNSSA que nous pouvions également passer en troisième année, j'ai pu  intervenir en tant que "Surveillante de Baignade" pendant plusieurs saisons à l'époque.

 

Parcours professionnel ...

Alexandre REPUSSARD : Qu'en est-il de votre parcours universitaire/professionnel après votre sortie de l'IFEPSA ?

Alvina CHOUTEAU : Après l'obtention de ma Licence STAPS, je suis entrée sur dossier à l'IUFM d'Angers. J'y suis restée deux ans, au terme desquelles j'ai ainsi validé mon Master "Enseignement, Education et Formation", parcours "Enseignement du Premier Degré". Parallèlement à ce Master, j'ai passé les épreuves du CRPE (Concours de Recrutement des Professeurs d'Ecole), que j'ai réussi dans la foulée. J'ai donc été nommée "Professeur des Ecoles Stagiaire" l'année qui a suivi l'obtention de mon Master 2. Grâce au rang au concours, j'ai eu la chance de rester proche d'Angers, sur Trélazé et qui plus est avec des CE1 pour cette toute première prise de fonction. Je suis professeur des écoles depuis maintenant deux ans, toujours sur Trélazé et dans deux écoles pour trois classes : Toute Petite Section / Petite Section, Petite Section / Moyenne Section et enfin CM2. 

 

Ecole Alvina
 

Métier actuel ...

Alexandre REPUSSARD : Justement, parlez-nous plus précisément de vos métiers respectifs, de vos missions au quotidien ...

Alvina CHOUTEAU : L'arrivée dans le métier a été plutôt bien vécue me concernant, car j'ai très vite demandé conseils et soutien aux conseillers pédagogiques de la circonscription. Leur regard d'experts, extérieur à la classe, m'a vraiment confortée dans l'idée que je ne faisais pas fausse route avec mes premiers élèves (CE1) que j'avais à temps plein toute l'année. J'ai aussi eu la chance pour cette première année, de débuter dans une toute nouvelle école : le mobilier était tout neuf et l'équipe enseignante se formait donc avec moi ! Les parents d'élèves ont aussi été très investis et bienveillants pour le démarrage de l'école. Avec le recul aujourd'hui, c'est vrai que j'ai eu de la chance ! Cette situation a été très agréable pour commencer dans la vie active. Aujourd'hui, je décharge les deux directeurs de deux autres écoles sur Trélazé et je complète un mi-temps. Etre professeur des écoles dans plusieurs écoles implique ainsi une organisation et une capacité à enchaîner des journées avec un public différent. Il faut en permanence s'adapter, tout en gardant son énergie ! En maternelle, le travail est surtout axé sur les manipulations, le langage... On travaille quasiment tout le temps en ateliers, donc en petits groupes, ce qui est très confortable. Le soutien de l'ATSEM  (Agent Spécialisé des Ecoles Maternelles) est aussi un réel atout : on travaille ensemble, en coopération. Avec les petits, il faut vraiment ruser ! : utiliser sa voix, des gestes, des regards pour capter leur attention et instaurer un climat serein dans la classe. Quant aux journées avec les CM2, là, il faut davantage préparer ses journées, toujours en veillant au respect des programmes. Me concernant, je dois mener avec eux les séances de vocabulaire, calculs, productions d'écrits, géographie et arts visuels. En une journée d'école, il y a donc beaucoup à faire, il faut varier les modalités de travail (individuel, collectif, à l'oral, à l'écrit) et toujours veiller à intéresser les élèves, à les accrocher avec des thèmes qu'ils apprécient. A l'école primaire, on apprend aux élèves à « bien » grandir, à vivre ensemble dans le respect des règles et à fournir un travail régulier. Finalement, on essaye de les préparer à ce qui les attend après !

 

Alexandre REPUSSARD : Quel regard portez-vous sur votre métier ?

Alvina CHOUTEAU : Ce métier est vraiment très enrichissant, même si ce n'est pas tous les jours facile ... J'ai la chance de pouvoir compter sur mes collègues qui m'apportent tout leur soutien dans les moments difficiles (conflits avec certains élèves, gestion de quelques parents, etc.). Ce que je préfère, c'est vraiment de ne jamais faire la même chose : chaque journée est différente ! On retrouve les mêmes élèves chaque jour de la semaine mais on est un témoin privilégié de leur évolution au fil des jours ... Les élèves, ça nous prend tellement d'énergie ! Mais ayant la fibre sportive - quand on fait 2 heures d'activités physiques par jour pendant trois ans à l'IFEPSA - on a toujours plein de ressources !

 

Alexandre REPUSSARD : Comment envisagez-vous la suite de votre carrière ?

Alvina CHOUTEAU : Pour l'instant, je poursuis mes débuts de carrière en essayant de faire du mieux que je peux. Même s'il arrive certains soirs de rentrer avec la désagréable impression de ne pas avoir mené ma journée au mieux, j'apprends de mes erreurs pour ne pas les reproduire à l'avenir. Je reste motivée, je sais qu'il faut se laisser du temps ! Avoir plusieurs niveaux de classe est formateur, même si, à l'avenir, j'essayerai peut-être d'obtenir un poste à temps plein en maternelle ... Et pourquoi pas, peut-être un jour, prendre la direction d'une école ? Cela peut être envisageable, mais, soyons honnête : il est encore trop tôt pour moi de me projeter ! Je débute seulement ! ...

 

Conseils aux futurs étudiants ...

Alexandre REPUSSARD : Quels conseils souhaiteriez-vous diffuser aux étudiants actuels ?

Alvina CHOUTEAU : Si j'avais quelques conseils à donner aux étudiants ... je leur dirais peut-être de donner le meilleur d'eux-mêmes ! D'être motivés pour aller au bout de leur projet, même s'il n'est pas encore défini. De s'investir, de se donner à fond lors des stages, d'être curieux. Faire bonne impression est très important pour marquer les esprits et être peut-être un jour recontacté pour un travail ! Je conseillerais aussi aux étudiants de ne pas oublier que la pratique du sport est importante à l'IFEPSA, mais pas seulement : il faut être capable de communiquer, de rédiger, de s'exprimer correctement et de développer des compétences rédactionnelles ... D'autant plus pour celles et ceux qui passeront n'importe quel concours par la suite de leur formation ! Bien sûr, aussi, de profiter de ces années d'études (qui passent vite ...) et de nouer des liens avec leurs camarades mais aussi les personnes qu'ils auront la chance de rencontrer lors des stages. C'est grâce aux études qu'on se bâtit un réseau, avec des gens qui deviendront peut-être des collègues à l'avenir !

 

Alexandre REPUSSARD : Merci pour ces conseils ! Merci aussi pour votre disponibilité et votre présence lors de ces JPO !

Alvina CHOUTEAU : J'espère avoir répondu au mieux à vos questions, et si certains étudiants veulent davantage de précisons sur le parcours et le métier de professeur des écoles, qu'ils n'hésitent pas à me contacter par votre intermédiaire !

Alexandre entretien avec Alvina Alvina entretien